8(5)

Grey’s Anatomy, Good doctor, Dr House : Pourquoi les séries médicales ont-elles autant de succès ?

Les séries médicales sont devenues, au même titre que les séries policières, un incontournable dans le paysage audiovisuel tant français qu’étranger : Grey’s anatomy, Dr House ou encore Scrubs, qui n’a jamais regardé au moins un épisode d’une série médicale dans sa vie ? Depuis des décennies ces séries dédiées aux personnes en blouse blanche nous fascinent et nous attirent mais, concrètement, pourquoi ont-elles autant de succès ?

Des séries humaines proches du réel

Quand on visionne une série médicale, on s’attend à retrouver un endroit que l’on connaît bien, ou très peu pour certaines personnes, c’est-à-dire l’hôpital. Ce cadre est universel, quel que soit l’origine, la classe sociale ou encore l’âge, beaucoup se sont déjà entretenu avec un médecin ou s’y sont déjà rendu. Ce dernier est un lieu où tout peut arriver, positif comme négatif, décès comme naissance. Tel un patient attendant son résultat, le spectateur ne sait jamais ce qu’il peut se passer d’un épisode à un autre, créant ainsi un suspense propre aux séries médicales.

Ces épisodes peuvent présenter des événements tragiques pouvant arriver à tous comme des accidents ou des catastrophes pendant que le spectateur est confortablement installé, lui conférant ainsi un sentiment de force, d’apaisement et ainsi, de satisfaction. Ce dernier peut ainsi remonter son estime face aux nombreux mots techniques employés dans la série, n’ayant absolument pas le but de vulgariser mais, au contraire, d’affirmer son genre. De plus, quand on regarde des séries comme celles-ci, avec des personnages aux connaissances qui nous semblent illimitées, nous pouvons facilement arriver à se reconnaître en ces personnages en suivant leur évolution, tant positive que négative. Ceci est en partie dû au fait que les personnages de médecin ont connu une réécriture au fil de l’évolution du prestige de la profession dans le monde réel. Ainsi, terminé les personnages blancs, virils et infaillibles tels que James Kildare dans Dr Kildare et bienvenue à des personnages issus de minorités, d’autres connaissant la précarité ou bien certains se découvrant encore.

« l’attrait pour ces séries vient des relations humaines finement observées exacerbées par le contexte hospitalier où chacun accepte de frôler la mort »

Benoît Lagane, Journaliste série-télé

Des séries « caméléons »

Le thème médical est le tronc de beaucoup de séries mais reste tout de même assez vague permettant ainsi une multitude de possibilités quant au(x) sous-genre(s). Nous pouvons passer de H, série comique française à une série historique comme docteur Quinn, femme médecin ou encore un genre assez répandu : le soap opéra. Ce terme désigne dans ce cas ci un type de feuilleton télévisé reposant sur diverses intrigues à caractère sentimentales se développant sur plusieurs épisodes, terminant eux même par un cliffhanger. Cela a attiré de nombreux spectateurs et a fait grimper en flèche les audiences de séries telles que Grey’s anatomy ou encore MASH, détenant encore aujourd’hui le record du final de série le plus vu avec 106 millions de téléspectateurs en Amérique !

C’est donc grâce à cette multitude de sous-genre que les séries médicales peuvent ainsi attirer un certain nombre de spectateurs, néophytes ou non à ce thème, permettant de les initier et de participer à cet engouement.

Des séries évoluant avec leur temps

Certaines de ces séries abordent des sujets d’actualité comme Grey’s anatomy, qui, ayant déjà une dizaine de saisons derrière elle, intègre naturellement la crise du coronavirus dans sa dernière mouture, ou encore Good Doctor, qui vient de conclure son arc de virus mortel et de quarantaine. De plus, il faut mentionner que cette série a pour personnage principal une personne autiste et donc montre les difficultés qu’il rencontre dans son métier et dans la vie de tous les jours. Mettre en avant des sujets d’actualité ne date pas des d’aujourd’hui et n’est pas réservé à un genre en particulier. Par exemple, St Elsewhere illustre les difficultés rencontrées par les médecins mais parle aussi du suicide, de l’homosexualité ou encore du viol. D’ailleurs l’un de ces épisodes, la série va même traiter du SIDA et de ces conséquences à une époque où les connaissances concernant cette maladie étaient limitées.

Ainsi, en traitant de ces sujets considérés dans un ancien temps comme inédits et originaux, les séries médicales élargissent leur public, permettant ainsi à des minorités non représentées auparavant  d’être sur le devant de la scène et ainsi médiatiser certains combats, toujours d’actualité aujourd’hui.Malgré ces évolutions au cours du temps, l’hôpital reste une sorte d’endroit sacré. Selon Elisabeth Fauquert, maîtresse de conférence et autrice de “ Les séries télévisées médicales étatsuniennes : évolutions, permanences et enjeux de l’« asymétrie réaliste » “ , les urgences sont  “une sorte de passerelle depuis le monde extérieur vers le monde hospitalier » . Ce dernier, étant source même de stabilité et de logique, sert ainsi de “contrepoint à la brutalité”  que l’on peut régulièrement rencontrer dans cet endroit par l’arrivée de l’extérieur des accidents ou de malades. Il s’agit donc de ce contraste, entre l’hôpital et l’extérieur se trouvant en hors champ qui crée cette tension dramatique propre à ce thème.

Des séries utiles voir nécessaires

Les séries sont en général un bon moyen de passer le temps et de penser à autre chose, seul ou en famille. Elles deviennent alors des sujets de conversations pour les fans mais peuvent aussi être de véritables aides, malgré parfois des scénarios abracadabrantesques. Le nombre de personnes sauvées par des séries médicales ne cesse d’augmenter. On peut citer l’exemple de d’Olivia Vessillo, américaine de 19 ans ayant découvert sa véritable maladie en regardant un épisode de Grey’s anatomy ou encore le docteur Juergen R. Schaefer ayant découvert la maladie d’un patient grâce à un épisode de Dr House (pour avoir des précisions sur ce cas original, c’est par ici).

« un divertissement bien réalisée n’est pas seulement capable de divertir et éduquer mais aussi à sauver des vies »

Docteur Juergen R. Schaefer

Finalement, les séries médicales font partie intégrante de notre vie et réunissent toujours autant d’adeptes. Des situations réelles, de multiples genres possibles ou des opportunités afin de parler de sujets actuels font des séries médicales un genre frais qui n’est pas prêt d’être obsolète.

Comments are closed.